Le Château de ma Mère, de Marcel Pagnol

23.8.15




217 pages

Genre : Autobiographie

Éditions : Editions de Fallois

Date de parution : juillet 2004 (première parution : 1958)

Prix : 6 €

Note : 






Synopsis

Le plus beau livre sur l'amitié enfantine : un matin de chasse dans les collines, Marcel rencontre le petit paysan, Lili des Bellons. Ses vacances et sa vie entière en seront illuminées.
Un an après La Gloire de mon Père, Marcel Pagnol pensait conclure ses Souvenirs d'enfance avec ce Château de ma Mère, deuxième volet de ce qu'il considérait comme un diptyque, s'achevant sur la scène célèbre du féroce gardien effrayant la timide Augustine. Le petit Marcel, après la tendresse familiale, a découvert l'amitié avec le merveilleux Lili, sans doute le plus attachant de ses personnages. Le livre se clôt sur un épilogue mélancolique, poignante élégie au temps qui a passé. Pagnol y fait vibrer les cordes d'une gravité à laquelle il a rarement habitué ses lecteurs.
« "Hé ! l'ami !"
Je vis un garçon de mon âge qui me regardait sévèrement. "Il ne faut pas toucher les pièges des autres, dit-il. Un piège, c'est sacré ! - Je n'allais pas le prendre, dis-je. Je voulais voir l'oiseau."
Il s'approcha : c'était un petit paysan. Il était brun, avec un fin visage provençal, des yeux noirs et de longs cils de fille. »


Mon avis

Dans ce deuxième opus des Souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol, l'histoire reprend quelques jours après la fin du premier livre. Marcel et sa famille sont encore en vacances dans « La Villa », mais seulement pour quelques jours : le mois d'Octobre arrive à grands pas, avec la rentrée. Le départ se fait donc ressentir. Mais Marcel n'a pas du tout envie de quitter ses collines, et encore moins son nouvel ami Lili. A l'aide de ce dernier, Marcel décide de s'enfuir et de vivre comme un ermite, afin d'échapper au retour des vacances.
C'est un des passages que j'ai préféré dans ce tome. Marcel pense qu'il est tout à fait capable de vivre dans la nature, mais il se surestime. Lili le devine et tente de lui faire comprendre ce que c'est de vivre dans la nature. Marcel prend peur, mais ne voulant l'avouer et de peur de passer pour un lâche, il trouve une excuse pour retourner vivre avec sa famille.

La seconde partie du livre se déroule principalement sur le chemin des vacances qui les mène à « La Villa ». Marcel et sa famille vont rencontrer des nouveaux personnages, dont certains leur donneront une sacré peur.
Dans cette partie, j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs, que l'on avançait lentement dans le récit. Et puis dans les dernières pages, tout s'enchaîne. L'auteur nous raconte des éléments d'une façon très brève pour arriver au mot final, qui est, comme le précise le synopsis, mélancolique.

Malgré un bon début, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire. J'ai eu le sentiment que cette lecture était assez longue, surtout lorsque l'auteur décrit les nombreux allers et retours sur le chemin des vacances. De plus, j'ai eu l'impression que ce deuxième tome contenait peu d’événements et de péripéties par rapport au premier. C'est donc, pour moi, une lecture en demi-teinte.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos petits mots ♥