Erika et les princes en détresse - tome 1, de Yatuu

22.9.19




312 pages

Genres : Aventure, Fantasy, Roman graphique

Editions : Auto-édité

Date de parution : Octobre 2018

Prix : 23 €

Note : 





Synopsis

C'est un monde d'heroic fantasy dominé par les femmes. Ce sont elles le sexe fort et qui détiennent tous les pouvoirs ! La princesse Erika compte bien succéder à sa mère et prendre le pouvoir seule sauf que... Elle ne veut pas se marier ! Et donc, pour échapper à cette tradition on lui confia une mission : celle de sauver des princes en détresse ! Cette quête tombait à pic pour la reine qui va pouvoir s'en servir à son avantage...


Mon avis

Erika et les princes en détresse est une histoire que je connaissais déjà, l'ayant d'abord découverte sur le blog de Yatuu, autrice et illustratrice de cette BD. Au départ, ne trouvant aucune maison d'éditions acceptant de publier son histoire, Yatuu a décidé de publier chaque semaine, une planche de cette histoire. Quelques temps après, elle s'est lancée dans une campagne de financement participatif afin d'auto-éditer l'album. Aimant bien cette histoire et le travail de Yatuu, il m'était impossible de ne pas y participer.

Cette lecture n'est donc pas une découverte, mais plutôt une relecture, et j'ai passé un très bon moment ! C'est une chouette histoire remplie d'aventures et de combats. On y rencontre, Erika, une jeune princesse qui rêve de prendre la place de sa mère, reine du royaume de Brute. Elle adore se battre et aimerait que son entourage la sous-estime moins. Pour ça, elle va accepter de suivre une quête. En suivant Erika, accompagnée de Pita et Bucéphale, vous pouvez être sûrs que vous ne vous ennuierez pas.

L'humour est très présent dans cette histoire, et il faut dire que Erika, Pita et Bucéphale forment un trio du tonnerre ! J'adore le style de dessin de Yatuu. Les planches peuvent être remplies de détails et les visages très expressifs ! Mais ce que j'aime le plus dans cette histoire ? C'est l'échange entre la place des femmes et celle des hommes. Les femmes représentent la force et sont au pouvoir, et les hommes représentent le sexe faible. Cela peut donner à réfléchir sur notre société actuelle...

Si vous ne connaissiez pas Erika et les princes en détresse, j'espère avoir éveillé votre curiosité et vous avoir donné envie de lire cet album ! Croyez-moi, cela en vaut la peine ! Pour ma part, j'ai hâte de lire la suite ! Ce premier tome se termine sur un drôle de mystère...

Phobos - Origines, de Victor Dixen

18.9.19



300 pages

Genres : Science-Fiction, Young Adult

Editions : Robert Laffont

Collection : R

Date de parution : 2 Juin 2016

Prix : 14,90 €

Note : 




Synopsis

Six pionniers en apparence irréprochables.
Six jeunes terriens rongés par leurs secrets.
Six dossiers interdits, qui auraient dû le rester.

Ils incarnent l'avenir de l'humanité.

Six garçons doivent être sélectionnés pour le programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à fonder la première colonie humaine sur Mars. Les élus seront choisis parmi des millions de candidats pour leurs compétences, leur courage et, bien sûr, leur potentiel de séduction.

Ils dissimulent un lourd passé.

Le courage suffit-il pour partir en aller simple vers un monde inconnu ? La peur, la culpabilité ou la folie ne sont-elles pas plus puissantes encore ? Le programme Genesis a-t-il dit toute la vérité aux spectateurs sur les « héros de l'espace » ?

Ils doivent faire le choix de leur vie, avant qu'il soit trop tard.


Mon avis

Après avoir lu les deux premiers tomes de la saga Phobos, j'avais un certain nombre d'interrogations sur les garçons participant au programme Genesis. J'étais donc très curieuse de lire ce hors-série se concentrant uniquement sur les six prétendants masculins de la saga, et je ne suis pas déçue de ma lecture !

Ce roman est divisé en six parties, une pour chaque prétendant, c'est-à-dire : Mozart, Tao, Samson, Alexeï, Kenji et Marcus. Chacune de ces parties nous permet de suivre un prétendant avant qu'il ne fasse partie du programme Genesis. J'ai pu en apprendre plus sur les garçons et leur vie d'avant mais également sur la façon dont ils ont été sélectionnés pour le programme. Puisque j'avais déjà lu les deux premiers tomes de la saga, j'avais déjà quelques informations concernant Mozart et Marcus, mais ce fut la découverte totale pour les quatre autres garçons ! D'ailleurs, les histoires de Tao et Samson m'ont beaucoup touchée.

Même s'il n'y a pas autant de suspens que dans les deux premiers tomes, ce hors-série se lit rapidement. Une fois ma lecture commencée, j'avais du mal à lâcher le livre tant je voulais en savoir plus sur les personnages. Et il faut dire que la plume de Victor Dixen est toujours aussi agréable à lire. Et maintenant que j'en sais plus, je peux continuer mon avancée dans la saga avec le troisième tome ! 

Si vous vous lancez dans la lecture de la saga Phobos, je vous conseille de suivre l'ordre de publication des livres, et donc de lire ce hors-série après le deuxième tome, car dans Phobos - Origines il y a quelques références à des éléments qui sont révélés dans le second tome. (Vous me suivez ?). 

Le théorème des Katherine, de John Green

11.9.19




283 pages

Genres : Contemporain, Jeunesse

Editions : Nathan

Date de parution : 2 Janvier 2015

Prix : 16,90 €

Note : 





Synopsis

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.
Dix-neuf fois la fille s'appelait Katherine.
Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine mais KATHERINE.
Et dix-neuf fois, il s'est fait larguer.


Mon avis

Le théorème des Katherine faisait partie des reliques de ma PAL, ces romans qui sont dans ma bibliothèque depuis plus de deux ans (si ce n'est plus !). Je l'avais acheté en même temps que Will & Will, Qui es-tu Alaska ?, et La face cachée de Margot, d'autres romans de John Green que j'avais moyennement aimé. Autant vous dire que je redoutais un peu de me lancer dans la lecture de Le théorème des Katherine, après ces lectures mitigées. Ce livre est donc resté un long moment dans ma bibliothèque et jusqu'à ces dernières semaines où je me suis enfin décidée à l'en sortir.

Je ne vais pas passer par quatre chemins, je n'ai pas apprécié cette lecture. J'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser à cette histoire qui, pourtant, commençait sur de bonnes bases. En effet, durant les vacances d'été et après une rupture difficile, Colin, accompagné de son meilleur ami Hassan, décide de partir en road-trip à travers les Etats-Unis afin de se vider l'esprit et de se remettre de cette rupture. Le projet du road-trip ainsi que les premiers chapitres m'avaient donné de l'espoir, mais mon engouement est vite retombé car le road-trip n'en est pas vraiment un puisque les deux personnages ne vont visiter qu'une seule ville, et y rester jusqu'à la fin du roman...

De plus, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires. J'étais souvent agacée par le comportement de Colin qui ne pensait qu'à son ex (même si cela peut se comprendre) et toutes les autres Katherine qu'il a connu, ainsi qu'à ce théorème. C'est difficile d'expliquer le pourquoi du comment de ce théorème, mais sachez que Colin est un élève surdoué et qu'il souhaitait démontrer, par l'intermédiaire de ce théorème, qu'il est possible d'expliquer une relation amoureuse et comment elle va se terminer. (Ça parait un gros, n'est-ce pas ?) Le road-trip passe donc à la trappe et toute l'importance est donnée aux Katherine et à ce fameux théorème. Qui plus est, j'ai trouvé que le style d'écriture de l'auteur assez mou, l'histoire m'a paru donc très longue. A certains moments, j'ai hésité à abandonner ma lecture, mais des courts avis notés sur la quatrième de couverture évoquaient une histoire drôle, parfaite pour s'évader. J'ai donc persisté pour voir si la fin de l'histoire en valait la peine mais je suis toujours aussi déçue.