Les Animaux Fantastiques - Les héros du film, de Michael Kogge

25.3.20





144 pages

Genres : Album, Cinéma

Editions : Gallimard Jeunesse

Date de parution : 16 Novembre 2016

Prix : 14,90 €

Note : 




Synopsis

Pourquoi Norbert Dragonneau est-il devenu magizoologiste ? Comment la vocation de boulanger de Jacob est-elle née ? Dans quelle école Queenie et Tina ont-elles étudié la sorcellerie ? Et, surtout, quelle est cette terrifiante créature qui sème la terreur dans les rues de New York ? Cet ouvrage fournit les réponses à toutes ces questions et encore plus en dressant un portrait fascinant des personnages, accompagné de nombreuses photographies. Héros ordinaires, puissants Aurors, politiciens sans scrupules ou Seconds de Salem déterminés à détruire le Monde des Sorciers : chaque membre de la communauté magique et non-maj' du film révèle bien des surprises !


Mon avis

Après avoir lu Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven, j'avais besoin d'une lecture plutôt légère, je me suis donc tournée vers l'album Les Animaux Fantastiques - Les héros du film, qui traînait dans ma PAL depuis un moment. Certes, il est court et facile à lire, mais ce n'est pas le meilleur livre que j'ai pu lire sur le Wizarding World...

Cet album contient de courts chapitres sur les personnages principaux : Newt, Tina, Queenie et Jacob, mais aussi sur les secondaires comme Credence (ou Croyance en VF) et sa famille adoptive, les membres du MACUSA, Percival Graves et la famille Shaw. Et dans ces chapitres, il y a des fiches de présentation avec la mention de l'école, la baguette, le caractère, une description de la tenue, les sortilèges utilisés,...




En fait, si vous avez bien suivi les films, vous connaissez déjà toutes ces informations. Donc cet album ne vous apprendra rien de nouveau, ce que je trouve dommage vu le prix du livre... De plus, le style d'écriture me donne l'impression que ce livre est plus à destination d'un jeune public plutôt que des adultes. A mes yeux, le seul point positif de cet album, ce sont les quelques visuels créés par MinaLima et les photos des baguettes des différents personnages.



Les Animaux Fantastiques - Les héros du film est donc une lecture assez décevante pour moi. Il y a peu d'informations et celles présentes sont déjà connues. Donc si vous souhaitez en savoir plus sur l'univers des Animaux Fantastiques, je vous conseille de vous tourner vers un autre livre.

Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven

18.3.20



422 pages

Genres : Contemporain, Young Adult

Editions : Gallimard

Collection : Pôle fiction

Année d'édition : 2017

Prix : 7,75 €

Note : 




Synopsis

Un matin, sur le toit du lycée. Finch sauve Violet. A moins que ce soit Violet qui sauve Finch ? Instable et excentrique, fasciné par la mort, il s'est toujours senti différent des autres. Violet, de son côté, avait tout pour elle ; mais un drame lui a fait perdre pied et elle s'est isolée, submergée par la culpabilité. Retrouveront-ils, ensemble, le goût de vivre ?


Mon avis

Tous nos jours parfaits est un livre dont j'entendais parler depuis un moment sur la blogosphère. J'étais intriguée par cette histoire qui semblait toucher un certain nombre de personnes, mais j'appréhendais également de lire ce livre, dans lequel il est question de suicide... Et puis Cha' m'a offert ce livre à Noël dernier. Je me suis donc lancée et je ne regrette pas le moins du monde ! Merci à toi Cha' de m'avoir permis de découvrir une histoire si touchante, ce coup de cœur.

« J'ai toujours été différent, mais pour moi, la différence, c'est la normalité. »

Dans Tous nos jours parfaits, nous rencontrons Violet et Finch, deux adolescents abîmés par la vie. Au premier abord, ils ne semblent rien avoir en commun. Violet cherche même à éviter Finch. Mais un devoir à rendre va les rapprocher, ils vont s'attacher l'un à l'autre et découvrir que malgré les événements, la vie vaut la peine d'être vécue. Cette histoire bouleversante m'a beaucoup touchée, tant par les mots de l'autrice que par ces personnages attachants, que j'ai trouvés très bien écrits.

« J'ai appris qu'il y avait du bon dans ce monde, si on prend la peine de bien chercher. J'ai appris que tous les êtres humains ne sont pas forcément décevants, moi y compris, et j'ai appris qu'un tas de terre de trois cent quatre-vingt-sept mètres peut sembler plus haut qu'un clocher quand on s'y perche avec la bonne personne. »

Dès les premiers chapitres, j'ai commencé à avoir une petite idée de la fin. Cela aurait été trop beau pour être vrai dans le cas contraire... Mais pourtant, cela ne m'a pas empêchée d'être secouée par cette fin. La plume de Jennifer Niven est si marquante et percutante. C'est si triste et si beau à la fois. On ne ressort pas indemne de cette lecture.

« Je connais assez la vie pour savoir qu'on ne peut pas compter sur les choses pour demeurer telles qu'elles sont, ou rester à portée de main, même si on ne souhaite que ça. On ne peut pas empêcher les gens de mourir. On ne peut pas les empêcher de partir. On ne peut pas s'empêcher soi-même de partir non plus. »

J'aimerais vous recommander de lire cette histoire, mais avant, je tenais absolument à vous informer qu'il est question de santé mentale, du suicide, du deuil et de la mort. Et que si vous êtes sensibles ou concernés par ces sujets, faites attention à vous et prenez soin de vous lors de cette lecture.

« Et si la vie pouvait être ainsi ? Que du bonheur, jamais d'horreur, pas même de moments légèrement désagréables. Si on pouvait tout simplement ôter le mauvais et ne garder que le bon ? C'est ce que je voudrais faire avec Violet — ne lui donner que le bien, écarter le mal pour qu'il n'y ait plus que du bon autour de nous. »

Fil de fer, de Martine Pouchain

11.3.20



216 pages

Genres : Historique, Jeunesse

Editions : Flammarion

Collection : Jeunesse

Date de parution : 3 Janvier 2018

Prix : 12 €

Note : 




Synopsis

C'est la guerre. Gabrielle, surnommée Fil de fer, doit quitter son village pour fuir sur les routes de France avec sa famille. Au cours d'un exode dur et périlleux, Fil de fer rencontre un garçon mystérieux. C'est le coup de foudre. Qui est ce beau jeune homme qui n'a jamais faim ou soif ?


Mon avis

Fil de fer est un roman que j'ai découvert par hasard à la brocante d'Emmaüs. Je n'avais pas le souvenir d'en avoir déjà entendu parler mais le synopsis m'avait intriguée, et comme les histoires portant sur les deux guerres mondiales m'intéressent (même si j'en lis très peu au final), je me suis dit que je ne pouvais pas le laisser sur cette étagère.

Fil de fer raconte l'histoire d'une famille, mais surtout celle de Gabrielle, qui vit dans l'Est de la France, Peu de temps après le début de la seconde guerre mondiale, Gabrielle et sa famille prennent la décision de quitter leur ferme pour se rendre à l'autre bout du pays, dans une région qui n'est pas encore envahie par les allemands. S'ensuit alors un exode de plusieurs jours où Gabrielle va connaître la fatigue, la faim, la peur au ventre à l'approche des avions ennemis. J'ai trouvé que c'était une histoire intéressante car l'exode est, j'ai l'impression, un aspect de la guerre qui est moins présent, que ce soit dans la littérature ou dans les films.

Durant cet exode, Gabrielle va rencontrer un jeune garçon. C'est le coup de foudre immédiat et elle s'imagine déjà passer sa vie à ses côtés. L'insouciance et les premiers amours vont s'entremêler avec la peur et l'horreur. Difficile de ne pas ressentir les mêmes émotions que Gabrielle, qui devient attachante au fil des pages, tout comme sa famille. Comme elle, j'ai espéré que tout se termine bien malgré la guerre... Jusqu'à ce que je devine la fin vers la moitié du roman, et cela m'a bien refroidie. Même si avec du recul, je comprends mieux le pourquoi du comment (je vais éviter d'en dire plus car ce serait un gros spoiler) et ce qui fait que Fil de fer est une belle histoire, je trouve dommage que la fin soit aussi prévisible...

L'arrache-mots, de Judith Bouilloc

4.3.20




295 pages

Genres : Fantasy, Young adult

Editions : Hachette

Date de parution : 2 Mai 2019

Prix : 15,90 €

Note : 





Synopsis

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d'elle la bibliothécaire le plus célèbre de tout le royaume d'Esmérie.
Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n'est sûre que d'une choses : son prétendant est un membre de la famille royale.
Iliade décide de se rendre dans la capitale pour en savoir plus sur cette mystérieuse proposition. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour... et le froideur de son fiancé. Surtout, elle se retrouve propulsée au cœur d'intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait...


Mon avis

Reçu dans la box Mille et un livres de Mai 2019, L'arrache-mots me tentait tout d'abord, et je ne vais pas vous le cacher, avec sa magnifique couverture et ses dorures. Difficile de s'en rendre compte avec une image, mais ce livre brille de partout ! 😍 Mais bien sûr, il n'y a pas que la couverture qui me donnait envie de découvrir cette histoire intrigante. Il y avait également le résumé et le fait que Judith Bouilloc se soit inspirée de La Passe-Miroir pour écrire ce roman. Un roman inspiré d'un autre peut faire peur, mais ce ne fut pas mon cas pour celui-ci. J'ai donc pu profiter à fond de cette histoire que j'ai beaucoup appréciée !

L'arrache-mots est une ode à la lecture, aux livres et notamment à la littérature classique telle que les œuvres de Racine, Jean de La Fontaine et Baudelaire. Au fil des chapitres, des citations de ces œuvres sont incluses dans le récit, afin d'accompagner l'histoire d'Iliade, et cela est fait d'une manière très cohérente. L'autrice a dû faire de nombreuses recherches afin de trouver la bonne citation pour tel moment donné. J'ai trouvé que cela ajoutait un petit quelque chose au récit, qui est harmonieux et fluide. Et pour continuer sur le thème des livres, le don d'Iliade m'a beaucoup plu. En même temps, qui ne reverrait pas de donner vie aux mots présents dans les livres ?

« Iliade pensait que la littérature était le plus puissant des boucliers, ce qui ne l’empêchait pas de trébucher sur les pavés ou de percuter les promeneurs parce qu’elle déambulât le nez dans les bouquins. Iliade était du genre à lire des poèmes de Joachim du Bellay dans la rue et à coudre des poches dans ses jupons pour y planquer des romans d’aventures. La nuit, elle continuait d'abîmer ses yeux myopes sur des caractères minuscules. À l’aube, le visage flétri de fatigue, elle se levait pour retrouver d’autres livres ; ceux de la bibliothèque de Pergame. »

Comme je l'ai mentionné au début de ma chronique, l'autrice s'est inspirée de La Passe-Miroir pour écrire L'arrache-mots. De ce fait, il est facile de penser à Ophélie et Thorn quand Iliade se rend à la capitale afin de rencontrer son mystérieux prétendant. Certes, l'intrigue et les personnages de ces deux histoires ont quelques points en commun, mais à mes yeux, ce n'est pas un point négatif et cela n'empêche en rien d'apprécier le roman, loin de là. Judith Bouilloc s'est inspirée d'une histoire pour en créer une autre. Au fil des chapitres, l'univers se démarque de celui créé par Christelle Dabos.

« Elle collectionna les mots insolites. Les vocables trop longs ou passés de mode, elle les humait sur leur page engourdie comme s’il s’agissait de fleurs rares, comme si les mots avaient une odeur. Puis elle les prononçait avec délice, rien que pour les arracher à leur sommeil. Ils claquaient à son oreille et se mouvaient dans l’air avec une grâce désuète.
Elle recueillait les signes de ponctuation dans le creux de sa main, les virgules et les points, grains de beauté de la phrase, miettes répandues fugacement dans l’atmosphère.
Elle recueillait les signes de ponctuation dans le creux de sa main, les virgules et les points, grains de beauté de la phrase, miettes répandues fugacement dans l’atmosphère. »

J'ai tout de suite accroché à l'histoire d'Iliade et à cet univers bien construit, même si j'aurais bien aimé qu'il soit plus approfondi, tout comme le caractère des personnages. Comme le livre se lit très rapidement, j'ai l'impression d'avoir à peine eu le temps d'apprendre à connaître Iliade et ses proches. Donc je n'aurais pas dit non à quelques chapitres en plus. Mais cela ne change pas le fait que c'est un chouette livre, dont l'histoire et la romance sont convaincantes, malgré une fin prévisible. La plume de Judith Bouilloc est très agréable à lire. Le récit est addictif. J'avais donc du mal à m'arrêter de lire. Et lorsque je ne lisais pas (parce qu'il faut bien travailler pour gagner des sous afin d'acheter d'autres livres), je ne pensais qu'à rentrer chez moi pour continuer ma lecture. Bref, je vous recommande ce livre !

Bilan du mois #43 | Février

2.3.20


Hello !

J'espère que vous avez eu un beau mois de Février (qui est passé à une des ces vitesses, d'ailleurs) et que vous avez lu de chouettes livres. Pour ma part, j'ai lu trois romans, dont un coup de cœur et une très chouette lecture. Je vous montre tout ça dans ce bilan, qui ne sera pas accompagné d'un book haul, puisque je n'ai acheté aucun livre en Février. 💪🏼😁 Hop, c'est parti !

Le premier livre que j'ai lu était Gardiens des Cités Perdues - tome 7 : Réminiscences, de Shannon Messenger, en lecture commune avec AurélieMalgré une absence d'actions en première partie, ce septième tome est un coup de cœur. Shannon Messenger a le don de me faire voyager dans un univers merveilleux, plein de surprises et de mystères. J'ai hâte de lire la suite !


J'ai ensuite lu L'arrache-mots, de Judith Bouilloc, et ce fut une très chouette découverte ! Cette histoire, qui est une ode aux livres et à la lecture, m'a beaucoup plu. Si au premier abord, le récit fait penser à La Passe-Miroir, il finit par s'en démarquer. J'ai passé un très bon moment avec ce roman et je n'aurais pas dit non à quelques chapitres supplémentaires. Je vous en parlerai plus en détails cette semaine, dans une nouvelle chronique.


Ma dernière lecture du mois était Fil de fer, de Martine Pouchain. C'est une jolie histoire sur la seconde guerre mondiale, l'exode et les premiers amours. Même si Gabrielle et sa famille sont des personnages attachants, j'ai trouvé que ce roman n'était pas assez fort en émotion...


En ce qui concerne ma nouvelle lecture en cours, il s'agit de Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven. Difficile d'en parler pour le moment, puisque je ne l'ai lu que le quart de l'histoire, mais j'ai l'impression que je ne vais pas en ressortir indemne...




Comme je l'avais évoqué dans mon dernier bilan du mois, je n'ai pas de lecture pour le Hold My SFFF Challenge de Février, dont le thème était La santé du cigare - La folie. Mais cela va probablement changer pour le mois de Mars, dont le thème est : Women in charge - Autrices, puisque j'ai plusieurs livres de SFFF écrits par des autrices, dont Les Seigneurs de Bohen, d'Estelle Faye (livre qui fait également partie de la sélection du mois).



Challenge 5 livres lus = 1 livre acheté

Les livres lus :

1. La Belle et la Bête - L'histoire éternelle d'un chef-d’œuvre
2. Gardiens des Cités Perdues - tome 7 : Réminiscences
3. L'arrache-mots
4. Fil de fer


Livres achetés depuis 2019 : 25.


Sur le blog, quatre chroniques ont été publiées en Février :

 

 


Bon début de semaine et à mercredi ! 😊