Les Animaux Fantastiques - Les héros du film, de Michael Kogge

25.3.20





144 pages

Genres : Album, Cinéma

Editions : Gallimard Jeunesse

Date de parution : 16 Novembre 2016

Prix : 14,90 €

Note : 




Synopsis

Pourquoi Norbert Dragonneau est-il devenu magizoologiste ? Comment la vocation de boulanger de Jacob est-elle née ? Dans quelle école Queenie et Tina ont-elles étudié la sorcellerie ? Et, surtout, quelle est cette terrifiante créature qui sème la terreur dans les rues de New York ? Cet ouvrage fournit les réponses à toutes ces questions et encore plus en dressant un portrait fascinant des personnages, accompagné de nombreuses photographies. Héros ordinaires, puissants Aurors, politiciens sans scrupules ou Seconds de Salem déterminés à détruire le Monde des Sorciers : chaque membre de la communauté magique et non-maj' du film révèle bien des surprises !


Mon avis

Après avoir lu Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven, j'avais besoin d'une lecture plutôt légère, je me suis donc tournée vers l'album Les Animaux Fantastiques - Les héros du film, qui traînait dans ma PAL depuis un moment. Certes, il est court et facile à lire, mais ce n'est pas le meilleur livre que j'ai pu lire sur le Wizarding World...

Cet album contient de courts chapitres sur les personnages principaux : Newt, Tina, Queenie et Jacob, mais aussi sur les secondaires comme Credence (ou Croyance en VF) et sa famille adoptive, les membres du MACUSA, Percival Graves et la famille Shaw. Et dans ces chapitres, il y a des fiches de présentation avec la mention de l'école, la baguette, le caractère, une description de la tenue, les sortilèges utilisés,...




En fait, si vous avez bien suivi les films, vous connaissez déjà toutes ces informations. Donc cet album ne vous apprendra rien de nouveau, ce que je trouve dommage vu le prix du livre... De plus, le style d'écriture me donne l'impression que ce livre est plus à destination d'un jeune public plutôt que des adultes. A mes yeux, le seul point positif de cet album, ce sont les quelques visuels créés par MinaLima et les photos des baguettes des différents personnages.



Les Animaux Fantastiques - Les héros du film est donc une lecture assez décevante pour moi. Il y a peu d'informations et celles présentes sont déjà connues. Donc si vous souhaitez en savoir plus sur l'univers des Animaux Fantastiques, je vous conseille de vous tourner vers un autre livre.

Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven

18.3.20



422 pages

Genres : Contemporain, Young Adult

Editions : Gallimard

Collection : Pôle fiction

Année d'édition : 2017

Prix : 7,75 €

Note : 




Synopsis

Un matin, sur le toit du lycée. Finch sauve Violet. A moins que ce soit Violet qui sauve Finch ? Instable et excentrique, fasciné par la mort, il s'est toujours senti différent des autres. Violet, de son côté, avait tout pour elle ; mais un drame lui a fait perdre pied et elle s'est isolée, submergée par la culpabilité. Retrouveront-ils, ensemble, le goût de vivre ?


Mon avis

Tous nos jours parfaits est un livre dont j'entendais parler depuis un moment sur la blogosphère. J'étais intriguée par cette histoire qui semblait toucher un certain nombre de personnes, mais j'appréhendais également de lire ce livre, dans lequel il est question de suicide... Et puis Cha' m'a offert ce livre à Noël dernier. Je me suis donc lancée et je ne regrette pas le moins du monde ! Merci à toi Cha' de m'avoir permis de découvrir une histoire si touchante, ce coup de cœur.

« J'ai toujours été différent, mais pour moi, la différence, c'est la normalité. »

Dans Tous nos jours parfaits, nous rencontrons Violet et Finch, deux adolescents abîmés par la vie. Au premier abord, ils ne semblent rien avoir en commun. Violet cherche même à éviter Finch. Mais un devoir à rendre va les rapprocher, ils vont s'attacher l'un à l'autre et découvrir que malgré les événements, la vie vaut la peine d'être vécue. Cette histoire bouleversante m'a beaucoup touchée, tant par les mots de l'autrice que par ces personnages attachants, que j'ai trouvés très bien écrits.

« J'ai appris qu'il y avait du bon dans ce monde, si on prend la peine de bien chercher. J'ai appris que tous les êtres humains ne sont pas forcément décevants, moi y compris, et j'ai appris qu'un tas de terre de trois cent quatre-vingt-sept mètres peut sembler plus haut qu'un clocher quand on s'y perche avec la bonne personne. »

Dès les premiers chapitres, j'ai commencé à avoir une petite idée de la fin. Cela aurait été trop beau pour être vrai dans le cas contraire... Mais pourtant, cela ne m'a pas empêchée d'être secouée par cette fin. La plume de Jennifer Niven est si marquante et percutante. C'est si triste et si beau à la fois. On ne ressort pas indemne de cette lecture.

« Je connais assez la vie pour savoir qu'on ne peut pas compter sur les choses pour demeurer telles qu'elles sont, ou rester à portée de main, même si on ne souhaite que ça. On ne peut pas empêcher les gens de mourir. On ne peut pas les empêcher de partir. On ne peut pas s'empêcher soi-même de partir non plus. »

J'aimerais vous recommander de lire cette histoire, mais avant, je tenais absolument à vous informer qu'il est question de santé mentale, du suicide, du deuil et de la mort. Et que si vous êtes sensibles ou concernés par ces sujets, faites attention à vous et prenez soin de vous lors de cette lecture.

« Et si la vie pouvait être ainsi ? Que du bonheur, jamais d'horreur, pas même de moments légèrement désagréables. Si on pouvait tout simplement ôter le mauvais et ne garder que le bon ? C'est ce que je voudrais faire avec Violet — ne lui donner que le bien, écarter le mal pour qu'il n'y ait plus que du bon autour de nous. »

Fil de fer, de Martine Pouchain

11.3.20



216 pages

Genres : Historique, Jeunesse

Editions : Flammarion

Collection : Jeunesse

Date de parution : 3 Janvier 2018

Prix : 12 €

Note : 




Synopsis

C'est la guerre. Gabrielle, surnommée Fil de fer, doit quitter son village pour fuir sur les routes de France avec sa famille. Au cours d'un exode dur et périlleux, Fil de fer rencontre un garçon mystérieux. C'est le coup de foudre. Qui est ce beau jeune homme qui n'a jamais faim ou soif ?


Mon avis

Fil de fer est un roman que j'ai découvert par hasard à la brocante d'Emmaüs. Je n'avais pas le souvenir d'en avoir déjà entendu parler mais le synopsis m'avait intriguée, et comme les histoires portant sur les deux guerres mondiales m'intéressent (même si j'en lis très peu au final), je me suis dit que je ne pouvais pas le laisser sur cette étagère.

Fil de fer raconte l'histoire d'une famille, mais surtout celle de Gabrielle, qui vit dans l'Est de la France, Peu de temps après le début de la seconde guerre mondiale, Gabrielle et sa famille prennent la décision de quitter leur ferme pour se rendre à l'autre bout du pays, dans une région qui n'est pas encore envahie par les allemands. S'ensuit alors un exode de plusieurs jours où Gabrielle va connaître la fatigue, la faim, la peur au ventre à l'approche des avions ennemis. J'ai trouvé que c'était une histoire intéressante car l'exode est, j'ai l'impression, un aspect de la guerre qui est moins présent, que ce soit dans la littérature ou dans les films.

Durant cet exode, Gabrielle va rencontrer un jeune garçon. C'est le coup de foudre immédiat et elle s'imagine déjà passer sa vie à ses côtés. L'insouciance et les premiers amours vont s'entremêler avec la peur et l'horreur. Difficile de ne pas ressentir les mêmes émotions que Gabrielle, qui devient attachante au fil des pages, tout comme sa famille. Comme elle, j'ai espéré que tout se termine bien malgré la guerre... Jusqu'à ce que je devine la fin vers la moitié du roman, et cela m'a bien refroidie. Même si avec du recul, je comprends mieux le pourquoi du comment (je vais éviter d'en dire plus car ce serait un gros spoiler) et ce qui fait que Fil de fer est une belle histoire, je trouve dommage que la fin soit aussi prévisible...

L'arrache-mots, de Judith Bouilloc

4.3.20




295 pages

Genres : Fantasy, Young adult

Editions : Hachette

Date de parution : 2 Mai 2019

Prix : 15,90 €

Note : 





Synopsis

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d'elle la bibliothécaire le plus célèbre de tout le royaume d'Esmérie.
Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n'est sûre que d'une choses : son prétendant est un membre de la famille royale.
Iliade décide de se rendre dans la capitale pour en savoir plus sur cette mystérieuse proposition. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour... et le froideur de son fiancé. Surtout, elle se retrouve propulsée au cœur d'intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait...


Mon avis

Reçu dans la box Mille et un livres de Mai 2019, L'arrache-mots me tentait tout d'abord, et je ne vais pas vous le cacher, avec sa magnifique couverture et ses dorures. Difficile de s'en rendre compte avec une image, mais ce livre brille de partout ! 😍 Mais bien sûr, il n'y a pas que la couverture qui me donnait envie de découvrir cette histoire intrigante. Il y avait également le résumé et le fait que Judith Bouilloc se soit inspirée de La Passe-Miroir pour écrire ce roman. Un roman inspiré d'un autre peut faire peur, mais ce ne fut pas mon cas pour celui-ci. J'ai donc pu profiter à fond de cette histoire que j'ai beaucoup appréciée !

L'arrache-mots est une ode à la lecture, aux livres et notamment à la littérature classique telle que les œuvres de Racine, Jean de La Fontaine et Baudelaire. Au fil des chapitres, des citations de ces œuvres sont incluses dans le récit, afin d'accompagner l'histoire d'Iliade, et cela est fait d'une manière très cohérente. L'autrice a dû faire de nombreuses recherches afin de trouver la bonne citation pour tel moment donné. J'ai trouvé que cela ajoutait un petit quelque chose au récit, qui est harmonieux et fluide. Et pour continuer sur le thème des livres, le don d'Iliade m'a beaucoup plu. En même temps, qui ne reverrait pas de donner vie aux mots présents dans les livres ?

« Iliade pensait que la littérature était le plus puissant des boucliers, ce qui ne l’empêchait pas de trébucher sur les pavés ou de percuter les promeneurs parce qu’elle déambulât le nez dans les bouquins. Iliade était du genre à lire des poèmes de Joachim du Bellay dans la rue et à coudre des poches dans ses jupons pour y planquer des romans d’aventures. La nuit, elle continuait d'abîmer ses yeux myopes sur des caractères minuscules. À l’aube, le visage flétri de fatigue, elle se levait pour retrouver d’autres livres ; ceux de la bibliothèque de Pergame. »

Comme je l'ai mentionné au début de ma chronique, l'autrice s'est inspirée de La Passe-Miroir pour écrire L'arrache-mots. De ce fait, il est facile de penser à Ophélie et Thorn quand Iliade se rend à la capitale afin de rencontrer son mystérieux prétendant. Certes, l'intrigue et les personnages de ces deux histoires ont quelques points en commun, mais à mes yeux, ce n'est pas un point négatif et cela n'empêche en rien d'apprécier le roman, loin de là. Judith Bouilloc s'est inspirée d'une histoire pour en créer une autre. Au fil des chapitres, l'univers se démarque de celui créé par Christelle Dabos.

« Elle collectionna les mots insolites. Les vocables trop longs ou passés de mode, elle les humait sur leur page engourdie comme s’il s’agissait de fleurs rares, comme si les mots avaient une odeur. Puis elle les prononçait avec délice, rien que pour les arracher à leur sommeil. Ils claquaient à son oreille et se mouvaient dans l’air avec une grâce désuète.
Elle recueillait les signes de ponctuation dans le creux de sa main, les virgules et les points, grains de beauté de la phrase, miettes répandues fugacement dans l’atmosphère.
Elle recueillait les signes de ponctuation dans le creux de sa main, les virgules et les points, grains de beauté de la phrase, miettes répandues fugacement dans l’atmosphère. »

J'ai tout de suite accroché à l'histoire d'Iliade et à cet univers bien construit, même si j'aurais bien aimé qu'il soit plus approfondi, tout comme le caractère des personnages. Comme le livre se lit très rapidement, j'ai l'impression d'avoir à peine eu le temps d'apprendre à connaître Iliade et ses proches. Donc je n'aurais pas dit non à quelques chapitres en plus. Mais cela ne change pas le fait que c'est un chouette livre, dont l'histoire et la romance sont convaincantes, malgré une fin prévisible. La plume de Judith Bouilloc est très agréable à lire. Le récit est addictif. J'avais donc du mal à m'arrêter de lire. Et lorsque je ne lisais pas (parce qu'il faut bien travailler pour gagner des sous afin d'acheter d'autres livres), je ne pensais qu'à rentrer chez moi pour continuer ma lecture. Bref, je vous recommande ce livre !

Bilan du mois #43 | Février

2.3.20


Hello !

J'espère que vous avez eu un beau mois de Février (qui est passé à une des ces vitesses, d'ailleurs) et que vous avez lu de chouettes livres. Pour ma part, j'ai lu trois romans, dont un coup de cœur et une très chouette lecture. Je vous montre tout ça dans ce bilan, qui ne sera pas accompagné d'un book haul, puisque je n'ai acheté aucun livre en Février. 💪🏼😁 Hop, c'est parti !

Le premier livre que j'ai lu était Gardiens des Cités Perdues - tome 7 : Réminiscences, de Shannon Messenger, en lecture commune avec AurélieMalgré une absence d'actions en première partie, ce septième tome est un coup de cœur. Shannon Messenger a le don de me faire voyager dans un univers merveilleux, plein de surprises et de mystères. J'ai hâte de lire la suite !


J'ai ensuite lu L'arrache-mots, de Judith Bouilloc, et ce fut une très chouette découverte ! Cette histoire, qui est une ode aux livres et à la lecture, m'a beaucoup plu. Si au premier abord, le récit fait penser à La Passe-Miroir, il finit par s'en démarquer. J'ai passé un très bon moment avec ce roman et je n'aurais pas dit non à quelques chapitres supplémentaires. Je vous en parlerai plus en détails cette semaine, dans une nouvelle chronique.


Ma dernière lecture du mois était Fil de fer, de Martine Pouchain. C'est une jolie histoire sur la seconde guerre mondiale, l'exode et les premiers amours. Même si Gabrielle et sa famille sont des personnages attachants, j'ai trouvé que ce roman n'était pas assez fort en émotion...


En ce qui concerne ma nouvelle lecture en cours, il s'agit de Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven. Difficile d'en parler pour le moment, puisque je ne l'ai lu que le quart de l'histoire, mais j'ai l'impression que je ne vais pas en ressortir indemne...




Comme je l'avais évoqué dans mon dernier bilan du mois, je n'ai pas de lecture pour le Hold My SFFF Challenge de Février, dont le thème était La santé du cigare - La folie. Mais cela va probablement changer pour le mois de Mars, dont le thème est : Women in charge - Autrices, puisque j'ai plusieurs livres de SFFF écrits par des autrices, dont Les Seigneurs de Bohen, d'Estelle Faye (livre qui fait également partie de la sélection du mois).



Challenge 5 livres lus = 1 livre acheté

Les livres lus :

1. La Belle et la Bête - L'histoire éternelle d'un chef-d’œuvre
2. Gardiens des Cités Perdues - tome 7 : Réminiscences
3. L'arrache-mots
4. Fil de fer


Livres achetés depuis 2019 : 25.


Sur le blog, quatre chroniques ont été publiées en Février :

 

 


Bon début de semaine et à mercredi ! 😊

Gardiens des Cités Perdues - tome 7 : Réminiscences, de Shannon Messenger

26.2.20




762 pages

Genres : Fantasy, Jeunesse

Editions : Lumen

Date de parution : 15 Novembre 2018

Prix : 16 €

Note : 





Synopsis

Sophie ne sait plus quelle stratégie adopter. Ses amis eux-mêmes semblent avoir perdu la foi : leur retentissante victoire en Atlantide aurait dû marquer un tournant décisif dans le combat contre les Invisibles, et pourtant la lutte paraît au point mort. Toujours prêtes à déstabiliser le monde des elfes, Vespéra et Lady Gisela ont disparu dans la nature. Quant à Fintan, prisonnier du Conseil, il refuse obstinément de révéler quoi que ce soit de leurs sombres plans. Pour couronner le tout, les jeunes recrues du Cygne Noir reçoivent un véritable coup de massue à l'énoncé du verdict du procès d'Alvar, toujours amnésique.

Mais quand Sophie et Fitz, victimes d'une nouvelle attaque, échappent de justesse à la mort, ils n'ont plus guère le choix. S'ils veulent garder une chance de l'emporter face à ces ennemis sans pitié, il leur faut dès à présent changer radicalement de tactique pour adopter celle de leurs adversaires - quitte à trahir leur nature et leurs plus intimes convictions...


Mon avis

Après avoir lu ce septième tome de la saga Gardiens des Cités Perdues, en compagnie d'Aurélie (on ne change pas les bonnes habitudes !), me voilà devant mon ordinateur sans vraiment savoir ce que je vais écrire dans cette chronique... Plus j'avance dans cette saga et plus j'ai la sensation d'être en difficulté pour trouver les mots lorsqu'il s'agit d'écrire un article. Tout d'abord parce que l'on approche de la fin (la saga s'arrêtera au tome 9, mais Shannon Messenger a récemment annoncé qu'il y aura un tome 8,5, à paraître en fin d'année. Youpiiiii ! 🎉) et que c'est compliqué d'en parler sans spoiler, mais aussi parce que j'ai l'impression de me répéter à chaque chronique concernant cette saga. Mais en même temps, je ne me vois pas dire d'autres choses puisque mon avis est quasiment le même après chaque lecture d'un tome... Donc si vous trouvez que cette chronique ressemble aux précédentes, ne soyez pas étonné•e•s. Vous allez finir par m'accuser de propagande, mais je prends le risque, tant pis ! 😄

Contrairement à ses prédécesseurs (ah il y a une petite différence, finalement 😆), Réminiscences comporte moins d'actions durant une grande partie du livre. Si le récit paraissait un peu plus long pour certain•e•s, ce ne fut pas mon cas. Certes, il y a moins d'actions mais je n'ai eu aucun mal à rentrer dans cette nouvelle histoire, à laquelle j'ai tout de suite accroché. De plus, j'ai trouvé que cette absence d'actions dans la première partie du roman apporte un plus à l'histoire. Durant ce moment de flottement, Sophie et ses amis prennent le temps de revenir sur des événements passés, ils réfléchissent à une nouvelle stratégie. Ils deviennent plus réfléchis et gagnent en maturité. Tout cela  ma paraît donc cohérent et important pour la suite des événements.

Dans ce septième tome, l'intrigue est toujours aussi addictive et captivante ! Le suspens est également au rendez-vous, tout comme la paranoïa. En effet, le danger se fait ressentir et il semble planer au-dessus de Sophie et ses proches, mais bien sûr, impossible de savoir quand il va surgir réellement... Je me suis donc retrouvée à suspecter tout le monde, notamment les nouveaux personnages qui font leur apparition. De nombreuses hypothèses ont été émises au cours de notre lecture avec Aurélie. Chaque révélation est tout aussi efficace et percutante que les autres. Les Invisibles paraissent encore plus menaçants, et de ce fait, font encore plus peur qu'auparavant. Il n'y a pas à dire, Shannon Messenger sait toujours aussi bien manier sa plume et son histoire !

Et que serait Gardiens des Cités Perdues sans l'humour et les moments qui rendent votre cœur tout mou ? Il faut dire que j'ai été servie dans ce livre, surtout pour le cœur tout mou, tout shamallow.  ❤ N'est-ce pas Aurélie ? 😏 (Comprenez que nous ne sommes pas d'accord sur certains points. 😆) Je regrette juste qu'il n'y ait pas eu plus de moments partagés entre Sophie et ses parents, Edaline et Grady. Ces trois-là forment une si jolie famille et chaque passage où ils démontrent leur affection me touche et me donne les larmes aux yeux.

Pour conclure, Réminiscences est, comme les tomes précédents, un coup de cœur. A chaque fois, les pages défilent à une vitesse folle puisque je me laisse porter par les mots de Shannon Messenger, qui me font voyager dans un univers merveilleux, plein de surprises et de mystères. L'histoire de Sophie et ses amis, qui sont des personnages si attachants, me fait passer d'une émotion à une autre en quelques pages. Et cela se confirme une nouvelle fois avec les révélations des derniers chapitres. De quoi vous donner envie de hurler, de vous mettre en PLS et de vous jeter sur la suite. Bref, c'est une saga vraiment géniale que je vous recommande chaudement si vous ne l'avez pas encore lue !

« - Ils ne m'ont pas brisée, répéta-t-elle. Jamais ils n'y parviendront.
Elle n'était pas la fillette prévisible et faible qu'imaginaient les Invisibles. Sophie Foster, le Colibri, voilà qui elle était.
Et dès le lendemain matin, elle apprendrait à rendre coup pour coup.
»
« La vie est une succession de choix difficiles, Sophie. La seule solution, c'est de les affronter l'un après l'autre. »

Ma chronique du sixième tome : Nocturna est disponible ici !

La Belle et la Bête - L'histoire éternelle d'un chef-d'œuvre, de Charles Solomon

19.2.20




224 pages

Genre : Beau livre

Editions : Huginn & Muninn

Date de parution : 31 Mars 2017

Prix : 39,95 €

Note : 





Synopsis

Découvrez les illustrations et storyboards qui ont fait le charme de ce grand classique de Walt Disney !


Mon avis

Dans le cas où vous ne le sauriez pas, La Belle et la Bête fait partie des mes films d'animation des studios Walt Disney préférés et ce, depuis très longtemps. Tout d'abord, et je ne pense pas que cela va vous étonner, parce que comme une grande partie des personnes aimant lire, je me suis tout de suite attachée au personnage de Belle. J'ai également été émerveillée par la beauté des musiques (il me suffit d'écouter les premières notes de la scène d'ouverture pour avoir des frissons), les scènes splendides et le joli message sur la beauté intérieure. La sortie du film en prise de vues réelles n'a fait que renforcer mon amour pour cette histoire, et quand j'ai appris la parution de ce beau livre, je l'ai tout de suite ajouté à ma wish-list. Impossible de ne pas l'avoir dans ma bibliothèque !

Je trouve que ce livre est très complet et très intéressant. Avec l'aide d'illustrations, de croquis et de photos, ce livre retrace l'histoire de ce chef-d'œuvre. Chaque chapitre, qui porte le nom d'un vers tiré d'une chanson ou d'une réplique du film, se consacre à un thème, une partie du processus de création ou bien une adaptation de l'histoire. Après l'introduction écrite par Bill Condon, le réalisateur de La Belle et la Bête (2017), la première partie de ce livre est consacrée aux origines de l'histoire : les différentes versions écrites, les illustrations selon les époques et les pays, ainsi que les adaptations cinématographiques comme le film de Jean Cocteau.


Vient ensuite l'histoire des studios Walt Disney afin de présenter le contexte dans lequel le processus de création du film va être lancé. C'était intéressant de savoir comment se portaient les studios à l'époque (dans les années 80) après la sortie de Peter et Elliott le dragon et de Rox et Rouky, et comment était envisagée la suite avec les films de Basil, détective privé, La Petite Sirène ou encore Bernard et Bianca au pays des kangourous. Malgré son intérêt, j'ai trouvé cette partie un peu longue, notamment à cause de l'énumération des différents changements dans l'équipe des studios, qu'il s'agisse de la direction, des producteurs ou des artistes (à l'animation ou au storyboard). Il y avait beaucoup de noms et j'étais un peu perdue.



C'est en 1983 que les premiers dessins et les premiers synopsis sur La Belle et la Bête sont proposés, mais il faudra attendre 1988 pour que le processus qui mène à la réalisation du film démarre. A ce moment-là, la version initiale du film se voulait plus fidèle au conte originel. Belle a deux sœurs et trois frères, son père est un riche marchand... et Gaston est un coquet aristocrate, portant une perruque blanche et une mouche sur la joue. Rien à voir avec le Gaston que nous connaissons. 😂


En 1989, les animateurs se rendent en France afin de visiter les châteaux de la Loire afin de s'en inspirer pour le château de la Bête, mais aussi dans le Sud pour le village où habitent Belle et son Père. C'est à partir de ce moment-là que le film va connaître beaucoup de changements. Tout d'abord dans l'équipe d'animation, mais aussi dans l'histoire, qui finit par se rapprocher de la version que nous connaissons. Puis l'arrivée de Howard Ashman et Alan Menken (auteur et compositeur des chansons de La Petite Sirène) dans l'équipe du film va tout changer car ils vont en faire une comédie musicale.


S'il y a une partie qui m'a beaucoup intéressée et que j'ai beaucoup aimé, c'est bien celle où l'équipe d'animation change et que cette dernière fait une nouvelle interprétation du conte originel. L'univers de l'histoire devient plus concret, les personnages prennent de l'allure et du caractère. De nombreux croquis, storyboards et dessins finalisés sont partagés dans cette partie, ce qui permet de mieux apprécier le magnifique travail de l'équipe d'animation. Et surtout, celui de Glen Keane, qui était l'animateur de la Bête. Pour exemple, voici un de ses croquis d'animation : je suis subjuguée par la tristesse qui se dégage du visage de la Bête alors qu'il n'y ni couleur, ni ombrage.





Les derniers chapitres sont consacrés aux deux adaptations du film d'animation : la comédie musicale et le film live action, qui ont demandé tout autant de travail que le dessin animé puisqu'il a fallu créer des décors à part entière, des costumes... Ainsi que l'ajout supplémentaire de quelques scènes et des chansons, afin d'étoffer l'histoire. Il y est fait un comparatif entre ces nouvelles versions et le dessin animé de 1991. Ce que j'ai bien apprécié, notamment en ce qui concerne la comédie musicale que je n'ai pas vue, même si j'aurais adoré !



Un autre chapitre concerne le monde de La Belle et la Bête à Walt Disney World Resort, en Floride.  Et après avoir lu cette partie et vu les quelques photos du château de la Bête dans lequel tu peux entrer, la maison de Belle et son père et la taverne de Gaston, je ne rêve que d'une chose : c'est d'y aller. 😭😍

J'espère vous avoir donné envie de découvrir ce très beau livre, que je conseille à toutes les personnes aimant l'histoire de La Belle et la Bête. C'est une lecture enrichissante et passionnante qui vous donnera envie de vous replonger dans l'histoire en écoutant les musiques ou en regardant le dessin animé et/ou le film live action.

« Mais, au bout du compte, je crois que la meilleure raison tient au fait que cette histoire reste d'actualité. Il est toujours bon de se rappeler que les apparences sont trompeuses et que la véritable beauté se trouve à l'intérieur. » - Bill Condon, réalisateur de La Belle et la Bête (2017)

L'Homme Montagne, de Séverine Gauthier et Amélie Fléchais

12.2.20



40 pages

Genres : Aventure, Fantasy, Jeunesse

Editions : Delcourt

Collection : Jeunesse

Date de parution : 18 Mars 2015

Prix : 10,95 €

Note : 




Synopsis

Grand-père et l'enfant aiment voyager. Ensemble, ils ont parcouru le monde. Mais grand-père ne peut plus avancer, les montagnes qui ont poussé sur son dos tout au long de sa vie sont devenues trop lourdes aujourd'hui. Même le vent ne peut plus le porter. Alors l'enfant ira chercher le vent le plus puissant, celui qui peut soulever les montagnes. Ainsi commencera pour lui le plus grands des voyages.


Mon avis

Il y a quelques années, j'avais lu un article focus sur le travail d'Amélie Fléchais. A ce moment-là, je ne connaissais aucun des albums qu'elle avait illustrés mais j'étais très intriguée, et les différents aperçus des très belles illustrations m'avaient convaincue de tout ajouter à ma wish-list. (Oui rien que ça.) L'année dernière, j'ai lu les trois BD Bergères Guerrières, scénarisées par Jonathan Garnier, et ce fut un gros coup de cœur ! (Mon avis est à retrouver par ici et ici.) Depuis, il me tardait de découvrir les autres histoires illustrées par Amélie Fléchais... Et Plouf a dû lire dans mes pensées puisqu'elle m'a offert L'Homme Montagne pour Noël. Encore merci à toi petite Plouf pour ce joli cadeau, qui est également un coup de cœur ! ❤


Mais que dire sur cette magnifique bande-dessinée pour laquelle j'ai eu un coup de cœur ? J'ai été touchée par les mots de Séverine Gauthier qui raconte d'une si jolie manière, tel un conte, ce qu'est la vie et le deuil. L'aventure de l'enfant fait écho à la vie, ce voyage semé de rencontres et d'obstacles. Et cet enfant est si attachant de part son innocence, sa curiosité et son désir de tout faire pour aider son grand-père.

« – Grand-père, comment es-tu toujours si sûr qu’on se retrouvera ?
 Parce que mon plus beau voyage, c’est toi. »


J'ai été émerveillée et subjuguée par les illustrations d'Amélie Fléchais. Les différentes couleurs utilisées, qu'elles soient lumineuses ou dans les tons pastel, les traits fins et délicats... Tout donne vie à l'histoire. Je me suis laissée emporter dans cet univers et j'en ai pris plein les yeux qui, d'ailleurs, étaient assez humides à la fin, je ne vais pas vous le cacher. Car oui, comment résister à la beauté, la délicatesse et la poésie de cette histoire ? J'ai été très touchée.


Je l'avoue, j'ai eu un peu de mal à rédiger cette chronique, à mettre des mots sur ce que j'ai ressenti en lisant cette bande-dessinée... Pourquoi est-ce si difficile de trouver les mots justes pour parler d'une histoire comme celle-ci ? J'espère en tout cas avoir réussi à vous convaincre de découvrir la très belle histoire (oui je me répète mais c'est pour vous prouver à quel point elle est belle cette BD) de L'Homme Montagne, qui peut convenir aux enfants à partir de 8/9 ans.


Passez une douce journée.

Le chagrin du roi mort, de Jean-Claude Mourlevat

5.2.20




403 pages

Genre : Jeunesse

Editions : Gallimard Jeunesse

Année d'édition : 2009

Prix : 16 €

Note : 





Synopsis

C'est une petite île froide, quelque part dans le nord. Le vieux roi est mort. Son corps repose sur un lit de pierre, sur la Grand-Place. Il neige.
Il sera question de séparation, de guerre, de trois ciels différents, d'un premier amour.
Il y aura une prophétie, des êtres qui se perdent dans l'immensité, une sorcière qui mange des têtes de rat...


Mon avis

Ce roman, je l'avais découvert par hasard en parcourant les étagères de la brocante d'Emmaüs. Le titre qui est assez étrange m'avait interpellée. Je n'en avais jamais entendu parler, tout comme l'auteur d'ailleurs. La quatrième de couverture qui révèle les quelques phrases ci-dessus a éveillé ma curiosité. Il arrive parfois que les synopsis en révèlent beaucoup trop sur l'histoire et l'intrigue des romans mais ici ce n'est pas le cas et j'ai bien apprécié cette part de mystère. C'est pourquoi, je ne vais pas donner plus d'informations sur l'histoire afin que vous ayez vous aussi, si vous êtes tentés par cette lecture, la surprise.

Le chagrin du roi mort est sans aucun doute une belle histoire mais je ne pense pas qu'elle me restera longtemps en mémoire. En effet, la première partie (qui équivaut à la première moitié du livre) m'a parue trop longue. J'ai même eu l'impression de lire une introduction à ce qui allait se passer par la suite. Certes, cette partie place le contexte, présente les différents personnages et explique le pourquoi du comment, mais j'ai eu du mal à accrocher à ce début d'histoire. En revanche, j'ai trouvé la seconde partie plus intéressante. La suite des événements n'est pas difficile à deviner mais le fait de ne pas savoir comment cela va se passer, ni à quel moment, met un peu de suspens.

Pour conclure, Le chagrin du roi mort est une lecture mitigée étant donné que le récit ne m'a pas assez captivée et que je ne me suis pas attachée aux personnages. A mes yeux, la plume de Jean-Claude Mourlevat est le meilleur atout de ce livre. Son style d'écriture est fluide, agréable à lire et poétique. Rien que pour cela, je lirai quelques-uns de ses autres romans pour continuer ma découverte.

« Et j'ai fait demi-tour , parce que monter à bord, c'était renoncer à toi pour toujours, te perdre. » - Aleks
« Ton île est belle, Aleks. Elle a juste un défaut : tu n'es pas dessus... Tu n'es pas là-bas et tu n'es pas ici. » - Lia

Bilan du mois #42 & Book Haul #47 | Janvier

1.2.20


Coucou !

J'espère que vous avez passé un bon mois de Janvier et que la reprise n'était pas trop difficile après les fêtes de fin d'année. Pour ma part, l'année 2020 a plutôt bien démarré puisque j'ai recommencé à travailler tout en douceur et que mon genou me fait moins mal. En espérant que ça va continuer d'évoluer dans ce sens. 🤞🏼 Côté livres, je peux dire la même chose car sur quatre lectures, j'ai eu deux coups de cœur ! Allez je vous montre !

Vous le savez peut-être déjà si vous me suivez sur Instagram ou que vous êtes passé•e•s sur le blog en milieu de semaine, mais ma première lecture de l'année est un coup de cœur et il s'agit de Falalalala, d'Emilie Chazerand. Je ne vais pas m'étendre pour éviter de me répéter, mais j'ai beaucoup ri et été touchée par cette lecture que je vous recommande chaudement !


J'ai ensuite lu Le chagrin du roi mort, de Jean-Claude Mourlevat. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec cette lecture... Au final j'ai bien apprécié la plume de l'auteur mais je reste tout de même mitigée. En effet, j'ai eu du mal avec la première partie qui m'a paru longue, et la seconde était plus intéressante quoique prévisible...


Ma troisième lecture était L'Homme Montagne, de Séverine Gauthier et Amélie Fléchais. J'ai eu un coup de cœur pour cette très très très belle bande-dessinée. L'histoire est si belle (oui je me répète mais c'est pour vous prouver à quel point elle est belle cette BD), si poétique, si douce. Ajoutez à cela les illustrations d'Amélie Fléchais et vous obtenez cette merveilleuse BD. ❤ Il me tarde de vous en parler plus en détails !


J'ai terminé le mois de Janvier avec La Belle et la Bête - L'histoire éternelle d'un chef-d’œuvre, de Charles Solomon. Ce très beau livre retrace l'histoire du dessin animé, en passant par les studios Disney, le processus de création avec les storyboards et les nombreux changements de scénario, la comédie musicale et le film live action. J'ai beaucoup aimé cette lecture qui m'a appris de nombreuses choses sur ce dessin animé que j'aime tant. ❤


En ce qui concerne mes lectures en cours (car oui j'en ai deux) il s'agit de Shades of London : The Shadow Cabinet, de Maureen Johnson, que j'ai commencé durant le Pumpkin Autumn Challenge. Étant donné que je lis un chapitre par jour et que je l'avais laissé de côté durant le mois de Décembre, je ne l'ai toujours pas terminé . Mais je compte bien m'y remettre plus sérieusement.


Ma seconde lecture est Gardiens des Cités Perdues - tome 7 : Réminiscences, de Shannon Messenger, que je lis en lecture commune avec Aurélie. Comme pour les six premiers tomes, c'est toujours avec un grand plaisir que je retrouve cet univers et les personnages !



Le mois de Janvier est terminé, ce qui veut dire que le Cold Winter Challenge aussi ! Je profite donc de cet article pour faire le bilan. Sur les huit livres que j'avais sélectionnés, j'en ai lu cinq. Je crois que j'ai été trop optimiste en préparant ma pile de livres à lire haha. Mais en tout cas, j'ai eu de chouettes lectures. 😊

🎅🏼🎄 La magie de Noël
✔️ Falalalala, d'Emilie Chazerand

❄️✨ Flocons Magiques
✔️ A la croisée des Mondes - tome 1 : Les Royaumes du Nord, de Philip Pullman
  A la croisée des Mondes - tome 2 : La Tour des Anges, de Philip Pullman
A la croisée des Mondes - tome 3 : Le Miroir d'Ambre, de Philip Pullman
✔️ Le chagrin du roi mort, de Jean-Claude Mourlevat
Gardiens des Cités Perdues - tome 7 : Réminiscences, de Shannon Messenger

Livres hors-catégorie
✔️ Harry Potter - A la découverte de l'Histoire de la Magie, de la British Library
 ✔️ Phobos - tome 4, de Victor Dixen


Et pour finir, j'ai validé les quatre bonnes résolutions que j'avais retenues. C'est-à-dire :
  • lire de la non-fiction, avec Harry Potter - A la découverte de l'Histoire de la Magie
  • terminer une saga en cours, avec le quatrième tome de Phobos
  • découvrir une autrice : Emilie Chazerand avec Falalalala
  • lire un auteur originaire d'un pays non francophone que l'on a encore jamais lu : Philip Pullman avec la saga A la croisée des Mondes.


Pour changer des mois précédents, je n'ai pas lu de livre pour le Hold My SFFF Challenge., dont le thème était Mon monde parfait - Utopies et Dystopies. Et comme je n'ai aucun livre qui correspond au thème de Février : La santé du cigare - La folie, bah ça va continuer comme ça, hein. 😆


Passons au book haul maintenant ! Oui oui, vous avez bien lu, il y a un book haul dans ce bilan. Mais c'est un tout petit petit puisqu'il n'y a qu'un seul livre qui a rejoint ma PAL ! Au départ, je ne comptais faire aucun achat. Et puis j'ai binge-watché la première saison de The Witcher. Depuis j'ai Toss a coin to your witcher constamment en tête mais ce n'est pas grave car j'ai A-DO-RÉ ! 😍 (Est-ce parce qu Henry Cavill joue le rôle de Geralt ? Vous n'avez aucune preuve.) Du coup Le Sorceleur - tome 1 : Le dernier vœu, d'Andrew Sapkowski, a rejoint ma PAL. C'était plus fort que moi.



Challenge 5 livres lus = 1 livre acheté

Les livres lus :

1. Phobos - tome 4
2. A la Croisée des Mondes - tome 1 : Les Royaumes du Nord
3. Falalalala
4. Le chagrin du roi mort
5. L'Homme Montagne

6. La Belle et la Bête - L'histoire éternelle d'un chef-d’œuvre

Livres achetés depuis 2019 : 25 -1 + 1. Le compteur stagne pour l'instant puisque même si j'ai remboursé l'achat d'un livre, j'en ai acheté un peu après. Mais j'y crois ! 💪🏼


J'ai été plutôt productive sur le blog en ce début d'année, puisque six articles ont été publiés. Il y a tout d'abord eu les traditionnels bilan du mois et book haul, le tag Adieu 2019 ! des éditions PKJ et trois chroniques :

  


Passez un bon week-end et à mercredi pour une nouvelle chronique ! 😊